Fait : stage de survie « niveau 3 » les 15 et 16 juin

Ils sont vraiment classe, ces niveaux 3 :)

Feu par friction réussi !
Feu par friction réussi !

Après le N1 où on apprend les principes fondamentaux, et à utiliser son matériel de rando de manière optimale…  après le N2 où on a son kit « fond de sac » et un petit peu de nourriture (restes d’un pique nique) pour passer le weekend…  le N3 est un peu un aboutissement.  Le but du jeu est de passer le weekend dehors avec uniquement ce qu’on peut transporter dans ses poches, tout en concentrant les enseignements sur la partie « trois semaines sans manger » de la règle des trois.  A ce stade, les gens savent déjà bien gérer leur température corporelle, ils ont déjà fait au moins une nuit dehors sans sac de couchage, ils savent faire du feu, utiliser un couteau proprement, trouver et purifier de l’eau, etc.  Ca n’est plus vraiment un problème pour eux de passer une nuit sans rien ou presque…  et donc le N3 s’attaque de front à la partie « trois semaines sans manger » de la règle des trois.

Outre une intervention en ethnobotanique (du désormais célèbre Gregori Lemoine), le N3 est l’occasion de voir les bases du pistage, de la chasse et de la pêche de survie, de la pose de collets…  on y découvre aussi la marche silencieuse, le camouflage, la marche d’approche, et quelques armes basiques mais efficaces…  a commencer par ses mains (les initiés comprendront ;))

Comme on parle de chasse et de pêche, on parle aussi, dans ce stage, de l’éthique qui entoure traditionnellement tout ça chez les peuples autochtones (et traditionnellement, aussi, en Europe) : ne jamais faire souffrir inutilement, respecter l’animal qui donne sa vie pour qu’on puisse manger, ne rien gaspiller, bien le préparer…  le tout dans un esprit empreint de respect et de gratitude.  Sans non plus commencer à tomber dans la spiritualité ou la morale (qui est du domaine privé !), on propose une éthique claire et simple.  Survivre n’interdit pas qu’on agisse de manière cohérente avec certaines valeurs…  au contraire.

C’est important, je pense, de souligner ces choses là en même temps que la chasse et la pêche.  Parce qu’avec la perte des savoirs techniques, dans notre société où la plupart des gens délèguent la mise à mort des animaux qu’ils mangent à une industrie de masse, la conscience et l’éthique qui va (à mon sens) de pair avec tout ça sont aussi en train de se perdre…  ce qui est, AMHA, dommage.

Je pense qu’il y aurait beaucoup plus de végétariens dans notre société si les gens devaient tuer les animaux qu’ils mangent eux mêmes…  et je pense aussi que si tout le monde avait déjà, au moins une fois, dû tuer un animal pour le manger, les gaspillages énormes de viande qu’on voit tous les jours seraient sans doute un peu plus limités…  ce qui serait pas mal pour l’environnement comme pour les milliers d’animaux qui meurent tous les jours en France pour finir à la poubelle, purement et simplement.

Mais revenons à nos moutons…  :)

Ces stages N3 sont fabuleux.  En limitant la quantité de matériel, on se retrouve en contact plus étroit, plus direct avec la nature.  Il devient difficile de  se sentir séparé d’elle.  Et c’est vraiment une expérience géniale.

Et puis, on dira ce qu’on voudra…  mais réussir à allumer son feu par friction, aussi, ça vaut son pesant de cacahuètes.  Lors du dernier stage, 5 ou 6 sur 10 ont réussi…  et les autres ont désormais les outils pour y arriver (le module étant limité dans le temps, certains finissent frustrés lol)…

Merci à tous les participants (spéciale dédicace, quand-même au chacal open source et à son système fait maison pour recharger le téléphone grâce au feu via l’effet Pelletier ;).  J’adore ces stages.  C’est toujours un plaisir de revoir les stagiaires après 1-2 stages…  on s’y attache à ces petites bêtes en fait…  ;)

Likez et partagez !

Laisser un commentaire