Fait : stage N1 dans la plaine de l’Ain


– Branle-bas général pour stabiliser une victime d’hypothermie (simulée !) après avoir défini jusqu’à quel stade d’hypothermie notre cobaye s’était enfoncé et décidé des solutions adéquates pour lui acheter quelques heures supplémentaires de survie avant l’arrivée de la cavalerie médicalisée.

– Orientation avec des cartes neuves achetées la veille mais, comme souvent, éditées par l’IGN il y a 20 ans. On a bien vu en pratique quelles informations topographiques restent fiables avec le temps, et lesquelles se transforment au fil des années pour égarer le randonneur trop confiant.

– Séance combinée de soulagement d’entorse (simulée) et d’épilation (réelle) au Duct-Tape pour tout le monde.

– Feux réussis dans une hêtraie sombre et humide pleine de bois pourri.

– Clarification de la soupe immonde d’un marécage qui macère au soleil (avec survol de martin-pêcheur).

– Debriefing en groupe de situations de survie réelle vécues par des stagiaires.

– …

Pas besoin de tout énumérer pour se convaincre qu’on a passé un bon week-end bien dense.
Quelques personnes ayant annulé au dernier moment, nous nous sommes retrouvés avec un petit groupe de 6 stagiaires pour 2 moniteurs, Christophe Cotard et Mathias Dolidon (dont un stagiaire a d’ailleurs fini par dire en off : « Vous faites un putain de binôme » ; merci pour nos egos. ;)). La taille restreinte du groupe a permis une interaction privilégiée entre les stagiaires tous plus motivés les uns que les autres, ainsi qu’une pédagogie de proximité encore plus personnalisée que d’habitude. Que du bon pour mon premier stage de la saison.

Signé : un moniteur content !

Likez et partagez !

Laisser un commentaire