Kayak de mer et hypothermie, par François Chouvellon

François Chouvellon, en plus d’être moniteur au CEETS, est accompagnateur en montagne, guide de rivière et de kayak de mer, guide polaire, pisteur secouriste artificier, formateur secours en rivière et inondations, etc. Il organise et encadre régulièrement des expéditions en kayak au Spitzberg, entre autres.

Le Titanic coule par beau temps en 1912, il y a 1 489 morts. L’eau est à 0°C, les secours arrivent 1h50 après le naufrage.

Le Lakonia coule en 1963 au large de Madère par une mer calme à une température de 17 à 18°C. A l’arrivée des secours, 3 heures après le naufrage, 113 personnes sur les 200 qui s’étaient jetées à l’eau furent retrouvées mortes.

Contrairement à une idée reçue le risque majeur du kayakiste de mer après un chavirage, n’est pas la noyade, mais bien l’hypothermie.

Un peu de physiologie

L’homme est un homéotherme, c’est-à-dire que son organisme tentera, en toutes circonstances, de maintenir sa température centrale à 37°. Ce principe est valable face à un réchauffement comme face à un refroidissement, la plupart des mécanismes d’adaptations obéirons juste à une logique inverse selon le cas de figure.

Schématiquement on peut considérer l’homme comme formé d’un noyau central entouré d’une coque :

Le noyau central renferme les organes vitaux : cœur, poumons, cerveau et sa température doit rester idéalement à 37°, à l’inverse, la coque entourant ce noyau peut voir sa température varier dans de larges limites, elle se compose des membres et de la peau. Le vecteur de communication entre cette coque et ce noyau est le sang.

Le corps étant capable de détecter des variations de T° de l’ordre du centième de degré, il peut ainsi mettre en marche des mécanismes pour lutter contre le froid et conserver sa température centrale à 37°. Deux moyens naturels sont à sa disposition :

Il va d’une part créer de la chaleur (thermogenèse) grâce à l’exercice musculaire volontaire, le frisson thermique, ou encore l’augmentation du métabolisme de base.

Et d’autre part diminuer la destruction de chaleur par l’organisme (thermolyse). Cela se fait par la coque périphérique s’ouvrant plus ou moins à la circulation sanguine. En cas de refroidissement, le cerveau est informé de la baisse de température cutanée à partir des thermorécepteurs disséminés à la surface de la peau…il commande alors une vasoconstriction des vaisseaux sanguins de la coque périphérique pour que le sang chaud se concentre au centre de la masse et alimente les organes nobles.

Le temps de survie dans l’eau à 18°C n’est que de 3 heures pour plus de 50% des gens. Or 66% de la surface des océans est à une température inférieure à 25°C dont 47% en dessous de 20°C. En Bretagne en hiver, la température de l’eau est entre 8 et 10°C et n’est supérieure à 15°C que pendant 2 mois en été.

A température égale, le refroidissement est 20 à 30 fois plus rapide dans l’eau que dans l’air sec en raison de la conductibilité de l’eau et plus encore si l’eau est en mouvement, ou que la personne chavirée bouge.

Comment perd-on sa chaleur ?

L’organisme humain obéit aux grands principes de la thermodynamique et perd sa chaleur sous l’effet de 4 facteurs possibles :

– Conduction : phénomène de transfert d’énergie thermique qui se produit lorsque deux solides, présentant des températures différentes, entrent en contact.

– Convection : phénomène de transfert d’énergie thermique lié aux mouvements des fluides. Observable particulièrement quand il y a du vent.

– Evaporation : L’évaporation consomme une quantité d’énergie thermique pour le passage de l’état liquide à l’état de vapeur. L’évaporation d’une goutte de sueur s’accompagne donc d’un refroidissement.

– Radiation : émission de rayonnement électromagnétique par un corps chaud. A la façon d’un radiateur, l’homme rayonne constamment.

Si la nature nous pompe notre chaleur grâce à ces 4 phénomènes physiques, tout cela ne se fait pas de manière uniforme et il y a des zones sur le corps qui échanges plus avec l’environnement.

Nous avons vu plus haut que le vecteur de communication entre la coque et le noyau est le sang, les zones du corps qui vont être plus sensibles aux échanges thermiques sont les zones ou les gros vaisseaux sont proches de l’extérieur : le tronc (aines et aisselles), le cou et la tête.

Il est communément admis que les échanges thermiques se font : 20% par la tête, 20% par le cou, 20% par le tronc et 10% par chaque membre.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Par exemple, si j’ai un anorak de mer avec capuche, il est 2 fois plus efficace que le même vêtement sans capuche !

C’est quoi l’hypothermie ?

Plusieurs façons de la définir : La médecine parle d’hypothermie à partir d’une température centrale de 35°, il existe même des tableaux cliniques qui nous donnent des étages de température avec les symptômes associés…, mais ce n’est finalement pas très exploitable car chaque personne est différente et la résistance au froid est une compétence très personnelle. Une définition plus juste pourrait être : l’hypothermie c’est quand notre corps est suffisamment refroidi pour que son fonctionnement en soit altéré.

On peut avoir très froid sans être en hypothermie : quand tu as froid, tu grelottes, tu cailles, tu bouges, tu t’actives, tu peux même avoir des gelures… mais tu n’es pas en hypothermie (en danger quand même, mais pas en hypothermie !)

La limite entre le très froid et l’hypothermie c’est la capacité qu’à notre corps à compenser contre le refroidissement. Cela dépend de la quantité de calorie qu’il nous reste à bruler et puis de la volonté que l’on a de vouloir continuer à lutter.

A partir du moment ou il n’y a plus assez de calorie, ou que pour diverses raisons on n’est plus capable de les utiliser, le corps arrête de compenser : c’est la chute vers l’abîme glacial et le processus va très vite. C’est ce que l’on appelle la décompensation. Ce mécanisme est d’ailleurs étroitement lié à l’attitude, au mental et à la volonté.

Conduite à tenir en fonction de 3 stades de gravité :

1- Un kayakiste qui a fait un ou deux séjours dans l’eau, qui accuse la fatigue, qui se plaint d’avoir froid, qui semble au ralenti, qui arrête de lutter ou qui manifeste une sorte d’apathie, est souvent en état d’hypothermie légère.

Il faut agir vite et remettre la personne dans son kayak. Un nouveau dessalage étant fort probable, il est conseillé de rester en radeau avec elle et de la faire remorquer. Il est alors urgent de rejoindre la terre ferme pour pouvoir la réchauffer efficacement. A terre, si on a la possibilité d’être à l’abri (tente ou chambre chaude), ne pas hésiter à changer la personne avec des vêtements secs et rajouter bonnet, tours de cou et un maximum de couches. Une boisson chaude peut lui être proposée à la condition qu’elle soit en état de boire elle-même sans assistance. Surtout ne pas le frictionner ou faire gesticuler pour éviter de chasser l’air chaud (ou ce qu’il en reste) des couches isolantes. Une bouillotte placée entre ses jambes l’aidera également à remonter en température.

2- Un kayakiste qui a séjourné dans l’eau un peu plus longtemps, va être récupéré dans un état d’hypothermie plus important. Il manifeste un état de conscience confus avec des pertes de mémoires et une certaine incohérence et désorientation. A ce stade, il sera plutôt souhaitable de simplement stabiliser la victime pour éviter qu’elle ne se refroidisse d’avantage, être très vigilant lors de sa mobilisation, puis prévenir rapidement les secours :

Pour lutter contre l’hypothermie, notre corps va cloisonner la circulation sanguine, il va shunter les jambes, les bras et même les viscères pour concentrer le sang au-dessus du diaphragme (en périphérie, le volume sanguin peut passer de 3,5L à 0,2L/min et il peut se refroidir dans ces zones jusqu’à 5°)

Que se passe-t-il si l’on mobilise cette personne brutalement ou qu’on lui soulève les jambes pour la déplacer par exemple ? Le cœur se retrouvant soudainement plus bas, le sang refroidi des jambes va descendre par gravité. Et que se passe-t-il si le cœur reçoit d’un coup une giclé de sang à 5° Celsius ?

1- le cœur va envoyer du sang froid dans tout le système central et accélérer son refroidissement.

2- le cœur va subir un choc thermique et risque de s’arrêter, ou de fibriller.

La gestion d’une victime en état d’hypothermie avancée est très compliquée et nécessite une médicalisation d’urgence.

3- Un kayakiste naufragé, qui est récupéré en état d’hypothermie profonde est inconscient et peut sembler mort : pupilles dilatées, peau marbrée ou blanche, battements cardiaques et mouvements respiratoires imperceptibles… L’allonger sur un radeau de 2 kayaks, si possible dans un sac de survie et lui couvrir la tête et le coup. Prévenir le CROSS (à la VHF message d’urgence : PAN PAN)

Dans ces cas de figure, gardez à l’esprit qu’une personne n’est pas morte tant qu’elle n’est pas réchauffée et morte.

Il faut prendre très au sérieux les risques d’hypothermie. La fatigue, la déshydratation, la faim, le vent, la température de l’air et le stress, constituent des facteurs aggravants en cas de dessalage d’un kayakiste. 

Attitude mentale, connaissances et compétences techniques, condition physique et choix des vêtements sont tous autant de moyens d’éviter l’hypothermie.

– Vêtements : Ils ne réchauffent pas le corps. Le corps est chauffé par la chaleur qu’il produit. L’objectif des vêtements sera d’être une couche qui isole et conserve le plus possible cette chaleur. La couche à même la peau doit allier une bonne évacuation de la transpiration et un séchage rapide. La deuxième couche joue un rôle d’isolation thermique, elle emmagasine la chaleur du corps tout en évacuant la transpiration. Cette couche peut être plus ou moins épaisse en fonction de la température extérieure.
La troisième couche sera imperméable, si possible « respirante » et plus ou moins épaisse en fonction des conditions de vent et de température : c’est l’anorak (qui doit être équipé d’une capuche). Par grands froids, bonnet et cagoule seront également indispensables.

La combinaison sèche peut remplacer la troisième couche. En cas de dessalage le corps n’est pas mouillé, le refroidissement s’en trouve donc ralenti.

– Condition physique : Être en forme, mais également en bonne santé ou suffisamment reposé aura son importance. Une exposition régulière et stratégique au froid permettra au corps de développer de meilleures capacités d’adaptation et d’augmenter sa résistance, mais il faut cependant faire attention à la surexposition dont le caractère excessif sera plutôt nuisible à long terme.

– Connaissances et compétences techniques : Plus le kayakiste a une technique éprouvée moins il a de risque de se trouver en difficulté. Tout l’art du kayakiste de mer est de ne pas se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, c’est de pouvoir anticiper, évaluer les risques et prévoir les conditions de navigation. Il faut souvent pratiquer les méthodes de récupération, de remorquage et les scénarios de sauvetage. Prévoir c’est également disposer en back up d’une tenue de rechange complète et chaude ainsi que du matériel de gestion du froid tel que : couverture de survie, sac de survie, chambre chaude/tente, thermos avec boisson chaude, nourriture énergétique, chaufferettes et de quoi pouvoir allumer un feu. Avoir des connaissances, c’est également savoir qu’en cas de séjour dans l’eau froide, la nage sans but aggrave inutilement l’hypothermie, qu’il est préférable d’enfiler un sac de survie et autant que possible rester en position fœtale pour attendre les secours.

– Attitude mentale : Il s’agit là de la compétence la plus fondamentale. La volonté de vivre compte plus que tout, c’est le carburant qui fera de vous une véritable machine à résister au froid. Il s’agit d’une compétence qui se travaille dans une certaine mesure, en s’exposant régulièrement à l’inconfort par exemple. Un autre paramètre qui peut peser dans la balance est d’avoir « une bonne raison de vivre » mais ça, c’est très personnel et personne ne pourra trouver cette raison à votre place…

François Chouvellon

Likez et partagez !