Stage de survie niveau 2 CEETS

Fait : stage de survie N3 en Haute-Saône

C’est sous une chaleur estivale que nos joyeux lurons ont décidé de relever le défis du stage de survie N3.

Si les « fonds de poches » étaient similaires, puisque répondants à notre fameuse « règle des trois » et au C²VMD, les abris ont permis, eux, de libérer toute la créativité qu’il y a en chacun de nous.

Voici un rapide aperçu des abris confectionnés lors de ce stage :

Ajoutez par là-dessus un approfondissement des techniques d’orientation et de navigation, de traitement de l’eau, de feu, etc. Et vous avez là un programme dense certes, mais qui permet de « boucler la boucle » de nos stages de survie.

Merci à toutes et à tous pour votre implication, vos sourires et votre bonne humeur,

Guillaume

Chaussures de randonnée : tiges hautes ou tiges basses ?

Une étude sur l’influence du chaussage dans les traumatismes de chevilles en randonnée pédestre entre 2013 et 2014, par Mickael PECOLLET, montre « qu’on ne retrouve pas d’influence de la hauteur de la tige de chaussure sur les lésions ostéo-articulaires de la cheville en randonnée pédestre. » (voir article)

Depuis le temps qu’on le dit… ;).

these-tauma-cheville

Fait : dernier stage de survie N1 de l’année 2016

Le dernier stage de l’année sur le site de Lure en Haute-Saône se termine en ayant tenu ses promesses.

En effet ce stage de Niveau 1 avait pour thème « stage de survie d’automne » et de ce côté-là, la météo nous a particulièrement gâtés : un temps frais, du brouillard, du givre, des températures nocturnes négatives et la fameuse pluie pédagogique que nous n’attendions pas le dimanche.

Un petit groupe de stagiaires motivés et d’horizons variés a répondu présent pour ces deux jours d’apprentissage des bases de la survie en pleine nature, encadré par l’indissociable binôme Guillaume Mussard / Julien Imbert.

Les stages de survie au CEETS, c'est le pied !
Les stages de survie au CEETS, c’est le pied !

La journée courte nous a amenés à poursuivre la formation à la nuit tombée, suivie d’une soirée conviviale d’échanges autour du feu, démontrant par la même occasion que vie sauvage et gastronomie ne sont pas antinomiques.

Chacun a pu évoluer à son rythme tout au long du stage, alternant les phases d’apports théoriques et celles de mises en pratique pour repartir à l’issue du week-end avec les clés d’une autonomie en extérieur. Et à en croire les sourires vissés sur le visage de chacun après le dernier montage d’abri d’urgence et démarrage de feu sous la pluie, je ne peux qu’en déduire que la satisfaction est au rendez-vous.

Le programme dense nous a fait redescendre vers le parking à la lueur des frontales. Comme toujours nous n’avons pas vu le temps passer qu’il faut déjà se dire au revoir… avec la terrible envie de poursuivre vers les stages de survie niveau suivant !

Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016 - 01

Fait : Stage de Survie : Formation Intensive Hautes Pyrénées 11 au 13 Novembre 2016

Le stage de survie Formation Intensive c’est déroulé dans une ambiance fraîche, humide. Entre brouillard, pluie et rafale de vent.  Le top pour faire ressortir le coté intensif de cette formation et créer une multitude de cas pratique permettant au staff de faire passer les principes de base sans faire appelle à l’imagination :)

Robin - Feu -Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016 - 01
Robin démo allumage de feu rapide même en condition humide…  là où la technique seule ne suffit plus sans la compréhension fine des principes…

Le programme permet une formation complète sur la gestion des risques,  le choix du matériel, l’organisation de nuit de bivouac en sécurité et confortable, l’orientation et la navigation, la psychologie  et met l’accent sur une possible dégradation du plan initialement prévu : devoir passer une nuit dehors alors qu’il s’agissait d’une sortie à la journée.

Bivouac d'urgence en équipe - Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016
Le chamallow comme ration de survie!!! elle devait pas être coupée au montage cette photo??? :D

Dans un tel cas, savoir détourner le matériel présent sur soi et dans le sac, avoir un équipement polyvalent,  gérer son stress , accepter la situation , établir des priorités et agir, continuer à gérer son groupe et fonctionner en équipe ne s’improvise pas .

Chris - Faire son sac - Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016
Avoir du matos c’est bien, savoir le protéger, le ranger et acquérir des automatismes pour faire son sac c’est mieux…

Pouvoir simuler et faire vivre une situation qui contraint à sortir du cadre, à modifier ses objectifs (rentrer à la maison à telle heure, accepter le fait que l’on soit égarer…) en toute sécurité permet d’encrer en chacun une expérience qui sera vécu moins violemment si un jour la situation se présente dans la vraie vie.

Pause repas - Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016
La météo nous lâche au moment de la pause du samedi midi… remboursé!!!

Mission accomplie pour tout le groupe et avec le sourire.  Moniteurs heureux.

Groupe - Stage de survie - CEETS - Formation Intensive - Hautes-Pyrénées - Nov 2016
Après 3 jours dehors avec un confort rustique, ils ont tous dans les yeux cette lueur qui peut se traduire par : « je l’ai fait » ;)

Le prochain stage Formation Intensive dans les Pyrénées aura lieu à l’automne 2017. Date à venir.

 

 

stage de survie CEETS - Trek Tibet 2016_01

Retour sur une aventure au Tibet

13 octobre 2016. Voilà trente minutes que notre trek à travers l’ancien royaume tibétain de Nangchen a commencé. Nous cheminons sur une mince couche de neige lorsque survient une rencontre incroyable : un lynx nous regarde depuis un rocher en hauteur. Pendant de longues minutes, nous nous observons mutuellement, avant que l’animal sauvage ne disparaisse dans la montagne.

stage de survie CEETS Tibet 2016 Nangchen 07
De tous cotés, le plateau à perte de vue. Il faudrait milles vies pour le parcourir, le découvrir. Dépaysement complet…

Des rencontres étonnantes comme celle-ci ne manquerons pas les jours suivants : singes des forêts résineuses de Baizha, ours bleu du Tibet, petits bharals (un caprin sauvage que l’on trouve jusqu’à 5 500 mètres d’altitude !), gypaètes barbus, et bien d’autres.

stage de survie CEETS - Trek Tibet 2016_02
6 humains en autonomie dans une zone hors des circuits touristiques. Pour les quelques habitants rencontrés, certains n’ont vu des européens qu’à la télé et notre aventure suscite de nombreuses interrogations. Tout en faisant remonter à l’esprit le temps passé où toutes les familles nomades vivaient sur le plateau, se déplaçant au rythme des saisons et des troupeaux… Aujourd’hui ils luttent pour maintenir leur culture et leur mode de vie…

Rencontres, aussi, avec les habitants de ces contrées reculées du Tibet : nomades khampas et leurs troupeaux de yacks, fermiers, moines bouddhistes qui nous ont reçu dans leurs monastères aux allures de cités médiévales fortifiées… Moments inoubliables aussi, comme la traversée de ces immensités sauvages. Ou ces soirées à cuisiner et discuter autour d’un feu de bois, à contempler la voute étoilée, avant d’aller dormir confortablement sous sa tente.

 

stage de survie CEETS - Trek Tibet 2016_02
Yak en liberté,  le camp nomade n’est pas loin…

Huit jours de marche en montagne, en haute altitude et en autonomie : il ne s’agissait pas d’un stage CEETS, même si l’un de nos moniteurs (Chris Cotard) y participait pour assurer la sécurité en binôme avec Luc Richard (guide et organisateur du trek, qui a vécu dix ans en Chine et au Tibet). Ce type d’immersion fait prendre pleinement conscience de l’intérêt et de l’efficacité des techniques et principes enseignés lors des stages proposés par le CEETS.

stage de survie CEETS - Trek Tibet 2016_03
Feu de camp à 4000m d’altitude, juste avant d’arriver sur le haut plateau…

Les journées de marche en elles-mêmes n’étaient pas très difficiles (400 mètres de dénivelé en moyenne sur des sentiers faciles). Malgré quelques légères chutes de neige, les conditions météos étaient excellentes. Mais l’environnement du trek présentait un certain engagement : la haute altitude (entre 3 900 et 4 500 mètres), l’éloignement et le principe de l’autonomie en pleine nature demandent une rigueur que nos stages aident à acquérir.

stage de survie CEETS Tibet 2016 Nangchen 04
Passage de col, et descente dans une vallée qui nous éloigne encore de tout axe fréquenté… Pas de balisage, pas de panneau, pas d’aménagement…  liberté totale.
stage de survie CEETS Tibet 2016 Nangchen 05
Traverser la rivière encore et encore  pour chercher le meilleur passage et finir par marcher pieds nus…

Une expérience qui sera rééditée en 2017 et pour la préparation de laquelle un stage N1 est recommandé. Chaque futur participant doit en effet prendre conscience que pour réaliser un tel voyage il n’est pas inutile de savoir bien choisir son matériel, de n’emporter que le nécessaire et de savoir réagir en cas d’imprévu. Tout cela afin de profiter pleinement du séjour.

stage de survie CEETS Tibet 2016 Nangchen 06
Le tipi fait encore ses preuves sur le plateau tibétain après une tempête nocturne et un réveil tout en fraicheur…

Contact :
Luc Richard, 06 08 16 66 44 / lucrichard1@gmail.com

stage de survie CEETS Tibet 2016 Nangchen 08
Luc Richard en plein cours de cuisine chez une famille semi-nomade… Et pour le reste du groupe un cours d’hospitalité à la tibétaine. Très belle rencontre.
stage de survie CEETS N1 var

Fait : Stage de Survie N1 les 29 et 30 octobre 2016 dans le Var

L’automne en Provence, son ciel bleu, ses forêts de chênes qui commencent à perdre leurs feuilles, des nuits fraiches et des journées agréables font de ce nouveau terrain varois un lieu idéal pour les stages du CEETS.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
l’ambiance provençale…

Luc Richard, moniteur en formation, et Chris Cotard ont pu sans problème s’appuyer sur les caractéristiques de ce terrain pour faire vivre le contenu du stage N1. Et pour transmettre les bases de la survie et de l’autonomie en pleine nature à leurs stagiaires.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Rallumer le feu, préparer le petit déjeuner, pendant ce temps les stagiaires plient leur camp…

Comme tout le monde est repartit satisfait dimanche en fin de journée, ce nouveau secteur proche de Brignoles accueillera dès 2017 des stages N1 et N2

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le module abris et poncho…

Détails du programme N1 et prochaines dates :

Stage de survie niveau 1

Stage de survie niveau 2 CEETS

Fait : N2 en Haute Saône :)

En tant que directeur technique du CEETS, je me déplace désormais de temps en temps chez les moniteurs pour aller voir un peu l’état de leurs connaissances, et suivre un de leur stage histoire de voir à quel point ils bossent bien, les remettre à niveau au besoin, et échanger de leur pratique avec eux.

J’avoue avoir été particulièrement ému de voir Guillaume et Julien dans les collines de la Haute Saône le weekend dernier pour un stage niveau 2 « nouvelle mouture » avec un programme densifié par rapport aux N2 traditionnels.

Stage de survie CEETS niveau 2 topographie navigation
Stage de survie CEETS niveau 2 – navigation à la boussole…

J’avoue avoir été bluffé par le niveau méthodologique et les connaissances nouvelles acquises par Guillaume et Julien pendant ces trois ans où je ne les avais pas vraiment vu bosser.  lls ont continué à progresser, et ils continueront encore.  C’est vraiment génial…  :)

Bref, gros manitou content ;)

Stage de survie CEETS niveau 2
Stage de survie CEETS niveau 2

Détails du programme N2 et prochaines dates :

Stage de survie niveau 2

Pow wow des moniteurs

Depuis mercredi, les moniteurs du CEETS se réunissent en Haute Saône.  Le programme de cette réunion est dense, et doit servir à :

  • discuter et redéfinir au besoin notre vision collective pour le CEETS à long terme (5 à 15 ans, puis pour la génération suivante) : cette vision collective et cet idéal va nous guider tous pour l’année qui arrive, et nous aider à définir ce qu’on fera, et comment.  De magnifiques projets, assez ahurissants d’envergure, ont vu le jour cette fin de semaine…  on n’annonce rien pour le moment, mais vous allez adorer :)
  • réorganiser et clarifier notre offre de stage : on a fait le grand ménage dans les programmes des stages et de fait dans le cursus complet, en supprimant quelques redondances, et en recentrant nos stages sur deux axes principaux : la survie (80% mode dégradé, 20% utilisable tout le temps) et la pratique normale des activités nature (80% de techniques pour « quand ça va bien », qui servent à bien profiter de ses activités, et 20% de techniques pour gérer le mode dégradé) ;
  • discuter un peu de nos outils, et faire un point pédagogique complet (échanges des nouveaux trucs, partages, etc.)…
  • manger de la viande et picoler ;)

Deux grooooossses journées bien remplies qui ont vraiment été bénéfiques pour tout le monde :)

code-source

Fait : Stage de Survie : Séjour Vie Sauvage « Trek’in Queyras » du 03 au 09 Aout 2016 Hautes-Alpes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En route…
Qui n’a jamais rêvé de franchir cols et sommets en toute liberté ? Qui n’a jamais rêvé de planter son bivouac loin de la civilisation, à 2 800 mètres d’altitude, au bord d’un lac aux eaux turquoises, au milieu des chamois ? Qui n’a jamais rêvé se baigner dans les rivières, cuisiner son repas sur un feu de camp, dormir la tête dans les étoiles ?
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un passage avec du bois pour économiser un peu de gaz

Et si vivre c’était ça, tout simplement ? Comme ont vécu nos ancêtres nomades des dizaines de milliers d’années durant ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Descente vers un glacier rocheux, à la recherche d’un bivouac
Et c’est ce qu’ont vécu nos six stagiaires et trois moniteurs, au fil des sept jours de ce trek, en autonomie complète, entre itinérance et formation.

L’environnement montagnard est un formidable catalyseur d’apprentissage. Rien de tel que de franchir cinq cols dans la journée ou de gravir un sommet à plus de trois mille mètres d’altitude pour bien comprendre l’intérêt de la gestion de l’effort. Rien de mieux que de dormir dans une vallée glaciaire pour intégrer les principes de la régulation thermique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Arnaud monte son bivouac

Le programme de formation aussi bien que les déplacements ont permis de comprendre l’intérêt de la rigueur, essentiel à ce type de projet. Prendre soins de soi et du matériel même avec la fatigue de fin de journée ne prend sens dans l’esprit de tous que par la pratique et l’accumulation d’expérience jour après jour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Après une nuit bien humide, retour à la marche

Cette formation a permis à nos stagiaires d’acquérir des techniques accessibles et éprouvées, tout en gagnant plus de confiance en soi. Ils ont découvert les sujets essentiels à l’acquisition d’autonomie en randonnée : sécurité en montagne, choix du matériel et allègement du sac, techniques de progression, physiologie et hydratation, gestion du stress, communication avec les secours en montagne, traitement de l’hypothermie et de l’hyperthermie, choix d’un lieu de bivouac et montage de l’abri, observation de la faune et de la flore de haute montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Chris explique comment récupérer les coordonnées GPS pour transmission aux secours.

Le passage du col dit du « petit enfer » (2783 mètres d’altitude) leur a prouvé qu’il était possible de s’engager en confiance dans des voies au delà de la zone de confort du néophyte.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Encore un effort…

Merci à tous, pour votre confiance et votre bonne humeur durant tout le séjour, sous le soleil, le vent en altitude, la pluie et le brouillard.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Conclusion autour d’un bon repas

Merci à Luc pour la reconnaissance du parcours et merci à Robin pour le coup de main… Et rendez vous l’été prochain, en 2017, pour un nouveau trek dans les Alpes !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Luc, Robin et Chris,  AMM et moniteurs CEETS

Fait : stage randonnée sauvage au cœur des Vosges

Durant cinq jours, ce sont 10 stagiaires, Olivier Pohl, AMM, Guillaume Mussard et Julien Imbert, moniteur CEETS, qui ont arpenté les cotes ombragées du massif vosgiens pour une randonnée d’initiation EXCEPTIONNELLE !

IMGP5293

La ballade s’est effectuée sous les auspices d’une météo magnifique, jamais trop chaude, pleine de soleil éclatant et même agrémentée de moyens de rafraîchissements naturels propres à la région et qu’un peu d’exploration de ce très joli massif rend si facile d’accès.

Gigantesque piscine naturelle...
Gigantesque piscine naturelle…

Ainsi le petit groupe a su cheminer dans les très beaux paysage vosgiens à un rythme paisible, sans s’épuiser, laissant au corps la latitude de se métamorphoser au rythme particulier de la vie en pleine nature et du bivouac minimaliste.

Apprentissage sur le montage du tarp
Apprentissage sur le montage du tarp

Ces cinq jours ont été le temps ou l’on prend le temps. Temps de marcher en toute sérénité, temps de s’immerger dans une culture locale particulière, par le ravitaillement en ferme-auberge et les nombreuses interventions historiques géologiques ou botaniques de notre AMM du cru.

Ramassage des myrtilles
Ramassage des myrtilles

Temps d’apprendre à vivre dehors et d’acquérir des compétences précises et complètes pour la randonnée et la vie sauvage lors de nombreux ateliers qui rythmaient les journées suivies de phases de mise en pratique plus ou moins créatives. Une petite pluie pédagogique aura même su rappeler à ceux qui se sont essayés à une (courte) nuit minimaliste au coin du feu qu’une certaine technicité est nécessaire pour évoluer sereinement en montagne.

IMGP5357

Temps aussi de cuisiner et d’engouffrer des calories cuites au feu de bois : patates trappeur locales et tartes aux myrtilles cueillies ; plus audacieuses pizzas aux tomates séchées et boulettes de pois chiches au four, les réserves d’énergie du groupe ont été considérablement enrichies !

Et une pizza, une !
Et une pizza, une !
Tarte aux myrtilles...
Tarte aux myrtilles…

Temps surtout pour un groupe de personnes de tous horizons de se rencontrer, d’échanger autour du feu de bois et d’apprendre à fonctionner dans une harmonie joyeuse qui a été sans cesse croissante.

IMG_20160725_192326_mh1469467654872_mr1470300669939

Un stage exceptionnel, dont la formule diffère de nos stages de survie, où nous avons su profiter pleinement de la vie en pleine nature en limitant notre impact sur celle-ci.

IMGP5335

Le retour est rude, nos compagnons nous manquent tous déjà. On veut rempiler tout de suite…

IMGP5484

Fait : Premier stage de survie N3 en Haute-Saône !

Non, non, non, il ne s’agit pas d’un stage en région tropicale à la saison des pluies, mais bien du premier stage de survie N3 du CEETS en Haute-Saône !

C’est après avoir longuement réfléchi entre les palmes et le tuba que les stagiaires ont su apprécier l’approche du CEETS pour passer une nuit minimale, simplement équipés de ce qu’ils avaient dans les poches.

20160611_184358

Et oui, malgré ce climat qui tend à développer les pieds palmés, on arrive à dormir et à rester dans sa zone de confort avec très très peu de matériels.

Un déluge ? dehors ?
Un déluge ? dehors ?

Ce stage de survie permet également de poursuivre l’enseignement appris lors de précédents stages, dans une logique progressive de dénuement matériel et d’approfondissement des compétences qui amènent à se poser des questions et trouver des solutions pour y remédier : orientation avancée, feu primitif, création de cordages, etc.

Merci infiniment à toutes et à tous pour votre enthousiasme et votre bonne humeur malgré le ciel gris !

Guillaume

Kit premiers secours =/= bobologie

Kit 1ers secours =/= bobologie !!!

Le kit premiers secours

Le kit premiers secours sert à sauver des vies là où les secondes comptent.  Pour ce faire, il doit être aussi épuré et efficient que possible, et contenir uniquement les outils utiles pour les urgences absolues.

A titre d’exemple, le kit que j’ai avec moi tous les jours contient :

  • trois paires de gants en vinyle placés au-dessus, en premier accès
  • un tourniquet tactique avec son stylo feutre indélébile (pour écrire l’heure);
  • deux pansements compressifs israéliens ;
  • une « gazeuse » de ventoline (plusieurs asthmatiques graves dans mon entourage, sous ordonnance) ;
  • un masque pour la RCP ;

Et c’est tout.  Parfois j’y ajoute un epipen (pour les fortes réactions allergiques). Sous ordonnance aussi.

Ce kit sert à arrêter un saignement massif, ou rétablir la ventilation.  Tout ce qui est dedans sert à gérer des trucs qui tuent en trois minutes ou moins (voir la désormais célèbre « règle des trois » du CEETS).  Et quand il s’agit de bloquer le saignement d’une fémorale qui pisse, je n’ai pas de temps à perdre à chercher mon garrot au milieu des paracetamols, antidiarrhéiques et pansements anti-ampoule.

D’ailleurs, pour les sorties à la journée, je ne prends jamais toutes ces merdouilles, et je garde uniquement l’essentiel, sachant quesi je me fais un petit bobo, je peux simplement rentrer…

Le kit bobologie

Pour les sorties plus longues ou les voyages, j’ai en revanche un SECOND kit qui est un intermédiaire entre le kit de premiers secours et la trousse de toilette : mon kit « bobologie » où j’ai tous les trucs de confort : analgésiques, désinfectants et pansements pour les petites plaies, steristrips, ciseaux à ongles, pinces à échardes, collyre…  tous ces petits trucs qui changent vraiment la vie et préviennent les gros ennuis quand on est à plusieurs jours du premier toubib avec les mains propres du coin ;)

J’y mets aussi des gants, mais surtout parce que j’aurai moi-même les mains sales, et que ça me permettra de limiter le risque infectieux en soignant mes bobos comme ça…  (en admettant que je ne puisse pas me laver les mains, quoi).

Donc, en clair, DEUX trousses à pharmacie.  Une pour les trucs urgents, qui va droit à l’essentiel, et une autre pour les petits bobos et le confort.

Faites tourner ;)

David

P.S.: Rendons à César ce qui est à César : c’est Arnaud B., « médic en milieu pas complaisant » (sic), qui m’a remis cette astuce en tête.  Depuis des années je laissais le kit bobologie à la maison faute de vouloir mélanger les trucs urgents du reste.  Maintenant j’ai les deux strates pour les voyages plus engagés, et ça m’a servi encore il y a peu.  Merci m’sieur ;)

 

Fait : Stage de survie « N1+ORNAV » du 14 au 16 Mai 2016 Hautes Pyrénées

Je reproduis ici le retour que Pierre, stagiaire, a fait sur le forum Vie Sauvage et Survie avec son autorisation. Merci à lui :)  :

PANO_20160515_122059

Reprenons depuis le début…
Rdv 9h Samedi sur le parking d’une gare routière.

-8h59 Vérification de la check list matériels du CEETS. Quelques minutes après, le groupe était formé; 7 stagiaires (2 femmes & 5 apprentis chacals) sous la tutelle de 2 moniteurs à l’efficacité redoutable dans la transmission de leur savoir & la manière de le faire. C’est parti pour 56h d’immersion dans la Pachamama, nous offrant pour l’occasion une météo parfaite sur 3j/2nuits – pluie/crachat/nuageux/ensoleillé – fourchette de température de -3 deg à environ 15 deg – hygrométrie allant de 99% à sec – brouillard, brume. Le pied pour tester son matériels et ses couches de vêtements, ainsi que la bonne humeur & la bienveillance au sein de notre meute, euh groupe!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-9h10 Speed dating bushcraft  :love: pour former 2 binômes & 1 trinôme; dans la foulée nous embarquons dans un cortège de voitures pour nous mener à une altitude d’environ 1300m (me corriger si besoin) à proximité du terrain.

-9h30 Mes yeux de citadin sont euphoriques devant ces montagnes, la beauté naturelle & l’atmosphère qui en émane… (Z’avez un gout pour l’esthétisme au CEETS, j’en ai pris plein la tronche!) Déjà je sens que je vais me plaire ici & parmi vous. Après une marche de quelques dizaines de minutes, la confirmation s’opère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour la suite & concernant le déroulement de l’apprentissage, je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas « gâcher » le plaisir de la surprise / découverte des futurs stagiaires pour un N1.
Mais je peux vous certifier :
-que la règle des 3, ne fait pas intervenir de prof de math ni de calculatrice…
-que Ça Ça Vaut Mille Dollars, n’est pas un western spaghetti…
-que la méthode PERLE, n’est pas un épisode de Jack Sparrow…
-que la théorie du gros, n’est pas un régime montagnard à base de soupe déshydratée & de lard…
-que l’effet chimpanzé n’a rien à
voir avec la suite de « L’armée des 12 singes »…
-que l’anagramme R.E.C.C, n’est pas une touche débutant un enregistrement…
-que la tortue n’est pas juste un animal…
-enfin qu’azimut n’est pas seulement une boutique online!

IMG_20160515_121050

L’enseignement est divisé en modules, eux mêmes subdivisés en 1 partie théorique accompagné d’une restitution, mise en pratique. Pour ma part j’y ai découvert et re découvert de nombreuses connaissances, techniques essentielles à intégrer pour la pratique de certaines activités liées à des environnements naturels. Thermoregulation & couches de vêtements, gestion du risque & du stress, 1er secours, orientation/navigation, utilisation & sécurisation d’un couteau à lame fixe, hydratation/traitement de l’eau, confection d’abris rapide, feu… Etc (la liste est incomplète.)
À titre personnel, fréquentant le forum depuis un certain temps je suis passé de la théorie à la pratique. J’ai trouvé remarquable la pédagogie, les modules s’enchainent de manière fluide & à la fois ordonné intelligemment (mécanique et engrenage bien huilé.) On bosse dur, on apprend, on partage, on rigole! (Depuis j’ai de la vaseline/coton/bois gras/chambre à air, briquet & un firesteel autour du cou au cas ou d’un check feu.)
Plus sérieusement je possède un trauma kit et le transporte au quotidien depuis Novembre dernier en espérant qu’il reste hermétiquement fermé ou qu’il sauve une vie en cas de « check pansement compressif » dans la vie quotidienne… Avoir plus de solutions que de problèmes, je l’ai noté aussi!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir à l’heure du bivouac / diner, en dehors de passer un moment convivial autour d’un feu en compagnie des fourmis, un de mes meilleurs souvenirs restera ces conversations riches & pleines d’humanité qui se font entendre avec le crépitement des flammes et du lard. Un partage d’anecdotes / tranches de vie, d’expériences, de nos références, de philosophie parfois, et de beaucoup de rires.

Ce qui m’a semblé le plus difficile durant le stage a été finalement les derniers instants, au moment de quitter ma meute :'(, nouvellement formé avec qui j’ai partagé cette petite tranche de vie de 56h & qui je le sais déjà impactera mon existence positivement en me rendant plus autonome, libre, et en y ajoutant un gros zeste d’optimisme envers mes semblables. Un régal & un plaisir d’avoir partagé cela avec vous, un bel ancrage!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour tout cela je tiens à remercier en 1er lieu nos « sentinelles bienveillantes » (Chris & Luc) :doubleup:, mes deux soeurs de N1 & mes 4 frères chacals.
Karine, pour son travail dans l’ombre ainsi que El Manitou pour avoir rendu tout cela possible.
Et enfin aux participants actifs du forum qui dispensent soigneusement leurs précieux conseils, trucs, astuces, techniques, retex, test matos, et ceux pour certain depuis des années. Merci pour tout ce signal!  :up:
Je vous encourage tous à le faire & n’hésitez pas, sauf à vouloir rater une très agréable parenthèse dans votre vie quotidienne ainsi que l’opportunité de rencontrer des gens en or.
Lancez vous, sautez le pas, « la seule chose qui empêche nos rêves d’aboutir est la peur d’échouer. »

Photo 15-05-2016 08 21 19

 

Prochain N1+ORNAV les 15-16-17 Avril 2017 dans les Hautes Pyrénées.

Et aussi  le N2+ORNAV les 29-30 Avril et 01 Mai 2017 dans les Hautes-Pyrénées.

ORNAV (orientation navigation)

Fait : stage de survie Formation Intensive en Haute-Saône

2 H 30, c’est le temps qu’il aura fallu aux différents groupes pour faire leur abri et collecter le bois nécessaire pour passer une nuit… Sans sac de couchage avec des températures frôlant le négatif !

En appliquant les principes vus lors des deux jours précédents, on arrive à dormir. On me souffle à l’oreille qu’en plus, on rigole bien !

20160515_225113

C’est ainsi que s’est déroulé, du 14 au 16 mai, le premier stage de survie « Formation Intensive » en Haute-Saône. Cette formule sur trois jours permet de couvrir l’ensemble du socle de base de nos stages et de le mettre immédiatement en application.

20160516_072123

Trois jours, c’est aussi le temps de créer des liens avec tout le monde, d’oublier le travail, etc. Dur de se quitter à la fin du stage !

Promis, il y en aura d’autres en Haute Saône ;).

Merci à toutes et à tous !

https://stages-survie-ceets.org/stage-formation-intensive/

Fait : stage de survie « fondamentaux » (5 jours) dans les Pyrénées !

5 jours.

Dans la formule « Pyrénées » de notre stage de survie fondamentaux, pendant 2 jours et demi, on commence doucement et confortablement avec deux nuits en pension complète dans un gîte d’altitude, en alternant cours théoriques et sessions pratiques sur le terrain.  Ensuite, la fin du stage consiste à restituer tout ça et à continuer à pratiquer sur le terrain, d’abord en mode « niveau 1 » (avec tarp, matelas, duvets, et tout le confort moderne), puis en mode « niveau 2 », le défi ici étant d’arriver à passer la nuit avec ce qu’on aurait normalement avec nous lors d’une sortie à la journée.

Ce format sur 5 jours est vraiment excellentissime, et permet aux gens d’apprendre vraiment bien, de progresser énormément, et de pratiquer sereinement pour avoir, à la fin, des connaissances et une formation solide pour l’autonomie en nature.

Partie théorique en gîte, ici assurée par David Manise
Partie théorique en gîte, ici assurée par David Manise

 

 

 

 

Chris Cotard – moniteur CEETS, instructeur en formation

Chris Cotard, après plus de trois ans de formation, est devenu moniteur au CEETS en 2012. Depuis quatre ans, maintenant, il donne des stages, et fait également profiter ses stagiaires de sa grande expérience de la montagne et de la rando.  Ayant arpenté la Scandinavie et pas mal d’autres coins pentus de la planète, ayant une belle expérience de l’alpinisme et de la haute montagne, il comprend l’importance de ce que nous enseignons et il transmet le tout avec passion et rigueur.

 Savoir trouver de l'eau et la purifier : un savoir essentiel pour survivre, surtout en été.

Savoir trouver de l’eau et la purifier : un savoir essentiel pour survivre, surtout en été.  Ici Chris Cotard – moniteur CEETS – donne quelques conseils supplémentaires à un stagiaire particulièrement intéressé par ce sujet.

En tant que directeur technique, je tâche de remettre à jour mes moniteurs aussi régulièrement que possible, et de continuer leur formation pour qu’ils puissent un jour me succéder.  C’est pour cette raison que je suis descendu dans les Pyrénées la semaine dernière : l’idée était de faire une « mise à jour » des programmes à Chris, et de commencer à le former pour qu’il donne les stages fondamentaux et qu’il atteigne le niveau « instructeur ».  Je m’attendais à ce qu’il aie un excellent niveau, bien sûr.  Mais en le revoyant à l’oeuvre j’ai quand même été agréablement surpris de voir la densité de son expérience et à quel point il est solide dans son rôle de formateur en milieu engagé.  Il était déjà bon quand je l’ai lâché dans le monde cruel des stages de survie il y a trois ans, et qu’aujourd’hui, ayant bâti sa propre expérience, il est vraiment excellent…  et il continue donc son cursus de formation.  D’ici peu, il pourra de lui-même offrir des stages N3 et fondamentaux, en plus des N1, N2 et grand froid qu’il maîtrise déjà.  Il commencera ensuite à former lui-même des moniteurs.  D’ici quelques années, outre lui, Guillaume Mussard et Julien Imbert seront également instructeurs.  D’autres suivront sans doute.

Christophe Cotard, moniteur CEETS, qui enseigne la marche à suivre pour poser un pansement compressif pendant le module "premiers secours en milieu éloigné".
Christophe Cotard, moniteur CEETS, qui enseigne la marche à suivre pour poser un pansement compressif pendant le module « premiers secours en milieu éloigné » près de notre gîte dans les Pyrénées.

 

Ne manquez pas le stage « Trek ‘n Queyras » de Chris Cotard et Luc Richard, début août :)  Il consiste à apprendre à préparer et bien gérer un trek, avec plein de connaissances et d’apprentissages transmis sur une durée de 5 jours en autonomie.  Un régal de connaissances pour vous aider à gagner en autonomie.

Trek’in Queyras

Stages de survie et vie sauvage : Le CEETS offre des stages de survie de grande qualité technique et pédagogique depuis 2003. Moniteurs en France, Suisse et Belgique.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial