REPERES : Un guide de la protection personnelle, par Patrick Vincent

Téléchargez gratuitement ici le PDF du fameux guide « REPERES » de Patrick Vincent, président du CEETS. Une version 2.0 est prévue pour début 2011.

L’avant propos :

REPERES (Risques Elémentaires de Prévention dEs Risques liés à la violEnce en Situation) s’adresse aux personnes qui pensent qu’être au « mauvais endroit au mauvais moment » n’est pas une fatalité mais résulte pour une grande partie de notre responsabilité.
Mon propos est de proposer des approches de gestion des situations à risque afin d’en limiter les effets, pour éviter le pire.
En effet, dans 90 % des cas de violences les études de victimation ont pu démontrer que les victimes auraient pu influer sur leur sort, soit en amont par la prise de mesures préventives (évitement de certains lieux, attitude plus vigilante, tenue plus adaptée, etc.) soit in situ, par leur gestion de la crise (évitement, désamorçage ou prise d’initiative adaptée).

Bien sûr, le propos n’est pas de dédouaner les agresseurs de leurs responsabilités, ni d’encourager à se substituer aux forces de sécurité publique mais de démontrer qu’être une victime n’est pas une fatalité et que, par la prise de mesures simples, légales et à la portée de tous, on peut diminuer au maximum cette part incompressible de hasard.
Bien sur, beaucoup de lecteurs trouveront les conseils ci-après exagérés ou encore relevant de la paranoïa. Pourtant, ils ont été validés (et souvent proposés) par de grands noms de la sécurité publique et privée, confrontés au quotidien à la souffrance des victimes et de leurs proches. Ils ne relèvent pas de situations  hypothétiques, mais de celles vécues dans nos vies quotidiennes  et tout à fait ordinaires.
De toute façon, chacun, à la lecture de ce document, pourra évaluer les risques auquel il peut être confronté et prendre ainsi les mesures adaptées à sa situation, en pleine conscience de ses droits et obligations.

Likez et partagez !

3 réflexions au sujet de « REPERES : Un guide de la protection personnelle, par Patrick Vincent »

Laisser un commentaire