couverture tibet

Trek au Tibet

Les dates et programmes détaillés pour 2017 seront bientôt en ligne.

Vous pouvez retrouver le compte rendu du séjour 2016 ici

Trek en autonomie dans l’ancien royaume tibétain de Nangchen.

Qui ne rêve d’un Tibet accessible et préservé, sans autorisation ni bureaucratie menaçante ? Est-ce un mirage ? Ce trek est la preuve que ce Tibet fantasmé existe encore. L’ancien royaume de Nangchen et ses massifs sauvages pourraient bien être l’Eldorado tant recherché.

Tibet 2015 PA184738 - copie

Les explorateurs qui, au début du XXème siècle, sont arrivés jusqu’à Nangchen, ne s’y sont pas arrêtés. Tout juste un Russe et un Anglais l’ont-ils traversé. C’est dire si l’ancien royaume est mal connu. Le royaume de Nangchen, fondé au VIIIème siècle, fut longtemps indépendant de Lhassa comme de Pékin. Le roi de Nangchen était un souverain nomadisant, qui régnait sur vingt-cinq tribus de cavaliers khampas. Il résidait l’été dans le le village de Gar, où se tenaient les réunions annuelles des chefs tribaux venus rendre hommage à leur souverain. Situé au milieu d’un cercle montagneux, l’endroit est bien placé d’un point de vue stratégique : il n’est accessible que par un étroit défilé. Mais cela n’arrêtera pas l’envahisseur. Le royaume de Nangchen fut rayé des cartes en 1958.

Le village et le monastère bouddhiste de Gar existent toujours. Ce dernier, littéralement accroché au milieu d’une falaise de cinq cent mètres de haut, domine une vallée verdoyante.

Tibet 2015 PA205847 - copie

L’objectif de ce trek est d’aller là où l’on ne va pas d’habitude. Sortir des sentiers battus et sortir des sentiers tout court. Aller là où il existe encore des coins de nature sauvage, où de vraies rencontres sont possibles. Éprouver l’autonomie et la liberté qui va avec.

Tibet 2015 PA051120 - copie

Pendant huit jours, nous serons en autonomie. Nous porterons nos sacs avec tout ce qu’il faut pour vivre dans la nature sauvage : abris ou tentes, sacs de couchage, nourriture et tout le nécessaire pour cuisiner au feu de bois, se baigner dans les rivières, contempler les étoiles en liberté. Ici, il n’y a pas plus d’auberge que de sentier balisé. Ni bus, ni guest house. Il faut tracer sa route en marchant sur ses deux jambes, boussole à la main, regard porté sur l’horizon. L’autonomie c’est savoir se débrouiller et pouvoir compter sur ses copains. C’est aussi la liberté : nous irons là où bon nous semble, de préférence dans des endroits magnifiques. Nous cheminerons à travers des forêts plusieurs fois centenaires de genévriers. Nous marcherons au fond des canyons, au bord des torrents. Nous croiserons des animaux sauvages. Nous traverserons des hauts-plateaux steppiques à plus de 4 000 mètres d’altitude. Nous rencontrerons des nomades tibétains et leurs troupeaux de yaks. Nous nous arrêterons au monastère de Gar pour discuter avec les moines et pour y dormir. Et si les conditions s’y prêtent, nous gravirons un sommet à 5 200 mètres d’altitude, le mont Dokan Gejia.

Si la région Nangchen est très peu fréquentée, elle est relativement facile d’accès grâce à l’aéroport de la ville tibétaine de Yushu (province du Qinghai). Celui-ci n’est qu’à une heure de vol de Chengdu, capitale du Sichuan où arrivera de France votre avion.

Tibet 2015 PA102917 - copie

 

Tibet 2015 PA082515 1 - copie

Points importants

Ce trek en autonomie nécessite une bonne condition physique (c’est à dire la pratique régulière d’une activité qui demandant un effort : course, vélo, marche en montagne…) Plus de la moitié des nuits se feront en bivouac en extérieur et l’ensemble de votre matériel et de vos vivres sera porté sur vos petites épaules musclées…

Afin de vous faciliter la préparation de votre séjour, en même temps qu’un descriptif détaillé, une liste de matériel type vous sera fournie, ainsi que des conseils pour choisir au mieux équipement et vivres.

Certificat médical d’aptitude à la randonnée en haute altitude obligatoire.

Même si ce n’est pas impératif, il est conseillé de faire auparavant un stage N1 pour se préparer.

Tibet 2015 PA154132 - copie

Guides

• Luc Richard, Accompagnateur en montagne (et moniteur CEETS en formation) et Chris Cotard, moniteur CEETS. Luc Richard a vécu dix ans en Chine et très souvent voyagé à travers le Tibet. Il parle couramment le mandarin.

Pour toutes informations sur le séjour 2017 :

 Luc Richard : <lucrichard1@gmail.com>

06 08 16 66 44

Tibet 2015 PA072242 - copie

Crédit photo : Guillaume Vallot

Stages de survie et vie sauvage : Le CEETS offre des stages de survie de grande qualité technique et pédagogique depuis 2003. Moniteurs en France, Suisse et Belgique.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial